Abus de la liberté d’expression et discrédit de la parole de son contradicteur : comparer le journal Libération à l’hebdomadaire notoirement collaborationniste et antisémite « Je Suis Partout » est une injure publique

 

Le 13 mai 2021, Jean MESSIHA publiait le Tweet suivant : « @libe,@Mediapart,@lemondefr… sont devenus des officines islamogauchistes. Et @libe est devenu le Je Suis Partout du collaborationnisme islamique ».

 

Saisi de la plainte du journal Libération du chef d’injure publique, le Tribunal correctionnel de Paris a condamné Jean MESSIHA pour injure publique ce 31 mai 2024[1], à raison de la dernière partie de son tweet :

 

« Dans un second temps, Jean MESSIHA compare cette fois le seul journal Libération à l’hebdomadaire « Je Suis Partout », dont le caractère notoirement collaborationnisme, complotiste et antisémite est, par ailleurs, établi par la partie civile, au moyen des pièces n°4, 5 et 6. Est ici dénoncé par Jean MESSIHA une collaboration dans laquelle serait engagé Libération, un « collaborationnisme islamique ». Ainsi, par ces termes, est professée l’idée que Libération collaborerait – comme « Je Suis Partout » – avec un envahisseur – en l’espèce désigné comme étant islamique -, et ce, au mépris des valeurs de la République, procédant ainsi, pour un journal notoirement fondé par la Résistance, à une inversion malveillante de son positionnement.

 

Par cette formulation qui a pour objectif unique de discréditer la parole de son contradicteur, sur un mode vindicatif, Jean MESSIHA sort du débat d’intérêt général portant sur les responsabilités de chaque camp belligérant au Moyen-Orient et la couverture médiatique qui en découle ».

Pour mémoire, la ligne de démarcation entre les qualifications d’injure et de diffamation repose sur la précision factuelle des propos poursuivis, dans la mesure où l’injure se définit comme « toute expression outrageante, terme de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait ». De jurisprudence constante, la précision en question est appréciée au regard des éléments intrinsèques et extrinsèques aux propos.

 

En vain, il fut soutenu par Jean MESSIHA que ses propos n’étaient pas injurieux mais diffamatoires car « dans le contexte précisé par la séquence télévisuelle, Jean MESSIHA et Laurent JOFFRIN s’opposant idéologiquement sur le conflit entre Israël et le Hamas, le premier avait reproché à la gauche, et notamment au journal Libération, sa complaisance envers l’Islamisme et la cause palestinienne, ce qui constituait l’imputation un fait précis exclusif de la qualification d’injure fondant la poursuite ».

Pour mémoire, il est traditionnellement jugé que la qualification d’« antisémite », en dehors de tout contexte factuel, est constitutive d’une injure publique[2], tandis que l’emploi de telles accusations, dans un contexte se rattachant à des faits précis, relève de la qualification de diffamation[3].

 

Jean MESSIHA est un ancien cadre du Rassemblement national (RN) et éphémère adhérent du mouvement Reconquête! d’Éric Zemmour, dont le temps de parole est désormais décompté par l’Arcom. Celui-ci a interjeté appel du jugement rendu le 31 mai 2024.

 

Dov ALFON, directeur de publication de Libération, estimait que les propos tenus – abjects et insultants – portaient atteinte au travail du journal et de ses 400 journalistes « et ce, alors qu’au surplus, certains journalistes, ainsi que le directeur de publication, étaient notoirement de confession juive », aggravant d’autant les insultes proférées « à l’encontre d’un titre fondé par une famille de résistants, procédant à une forme d’inversion ».

 

Marie CORNANGUER

Avocat au barreau de Paris

Membre du Conseil scientifique AAPDP

L’AAPDP regroupe des avocats de sensibilités diverses. Les actualités publiées sur le site et signées d’un membre de l’association n’engagent que leurs signataires et ne traduisent en aucune façon la position de l’association elle-même ou de l’un de ses organes.

 

Liens pour approfondir :

 

➡ Au sujet de l’apparition du terme « islamo-gauchisme » en 2021 et de la thématique de « l’inversion des valeurs »

 

« Minuit moins dix à l’horloge de Poutine, jusque-là, tout se passe comme prévu – Analyse de réseaux des ingérences étrangères dans les élections législatives de 2024 »

https://hal.science/hal-04629585v1

 

« « Islamo-gauchisme : le piège de l’Alt-right se referme sur la macronie »

https://politoscope.org/2021/02/islamogauchisme-le-piege-de-lalt-right-se-referme-sur-la-macronie/

 

➡ Au sujet de la qualification de « personnalité politique » de Jean MESSIHA

 

https://www.legifrance.gouv.fr/ceta/id/CETATEXT000049041326?init=true&page=1&query=&searchField=ALL&tab_selection=cetat

 

https://actu.fr/ile-de-france/paris_75056/television-le-temps-du-polemiste-jean-messiha-lui-est-desormais-compte_60639613.html

[1] https://www.legipresse.com/011-52548-condamnation-dun-homme-politique-du-chef-dinjure-publique-pour-avoir-declare-que-liberation-est-devenu-le-je-suis-partout-du-collaborationnisme-islamique.html

[2] https://www.legipresse.com/011-52134-la-publication-dun-tweet-dans-lequel-un-geopolitologue-est-qualifie-d-antisemite-en-dehors-de-tout-contexte-constitue-le-delit-dinjure-publique.html

[3] https://www.loi1881.fr/fils-spirituel-hitler-injure-diffamation

Vous aimerez aussi...

Translate »